Gabon : Conflit Délégués du Personnel et Direction

 

La notion de « Délégués du personnel » est l'institution représentative du personnel la plus présente au sein des entreprises Gabonaises puisque les délégués du personnel sont en principe élus dans tous les établissements d'au moins 11 salariés.

C’est d’ailleurs ce que préconise la loi n3/94 du 21 Novembre 1994 portant Code du travail au Gabon dans son l’article 291 : « Il est institué des délégués du personnel dans tous les établissements occupant habituellement plus de dix salariés ». 

Au Gabon, leur mandat est de 3 ans comme le stipule l’article 292 de la loi sur-citée « Les délégués du personnel sont élus pour une durée de trois ans renouvelable. ». 

 

Les délégués du personnel sont des salariés protégés et bénéficient d'une protection contre les mesures de licenciement prononcées par l'employeur.

 

 

Quel est le réel rôle du DP en entreprise ?

 

Le rôle du délégué du personnel au sein de l’entreprise est assez étendu. 

Tout d’abord, il a un pouvoir de réclamation de droit, qu’il soit collectif ou individuel. Il est question de demander l’instauration d’une nouvelle loi qui palliera à un problème dont fait face les employés. Bien évidemment, l’on ne peut faire une réclamation de droit que si ce droit est déjà existant et donc homologué par le code du travail.

 

En outre, le délégué du personnel se doit d’éradiquer toutes infractions aux droits des employés, qu’elles soient d’ordres physiques ou mentales. Ces infractions comprennent bien évidemment le non-respect des horaires de service, toute discrimination opérée par l’administration relative aux rémunérations, promotions, affectations, etc. Une fois l’employeur avisé, il devra à son tour faire des enquêtes et par la suite appliquer des sanctions y afférentes. 

On l’aura compris donc, le rôle du délégué du personnel est de porter à la direction les revendications et besoins du personnel. Il est le porte-parole des salariés.

L’on comprendrait donc qu’à bien des égards, des mésententes puissent naitre entre les deux parties. 

 

 

 

D’où nait le conflit entre le DP et la direction ?

 

Au Gabon, les plus souvent les chefs d'entreprise ont un très grand pouvoir du fait des nombreuses relations qu'ils ont et de leur statut social. La notion de délégués du personnel, donc de protection du salarié étant récente dans nos moeurs, de nombreuses entreprises fonctionnent encore dans l’anarchie totale. Les salariés rompus à la tache exercent ardument leur travail sans que leurs droits ne soient vraiment respectés. Il est normal que dans ce type de structures, un délégué du personnel soit en constante confrontation avec l’employeur.

Afin de résoudre efficacement les problèmes pour lesquels les employés se plaignent, il se retrouve en perpétuel altercation avec la direction. Ce qui pourrait sembler agaçant pour un employeur qui se croirait entrain de recevoir des ordres.

 

Certains responsables d'entreprise nous ont simplement affirmer que le problème était simplement social. Les inégalités sociales  sont encore très importantes dans notre pays. Il est simplement difficile de mettre sur la même table un chef d'entreprise et des délégués du personnel issus parfois de classes très très moyennes. Ils parlent très difficilement le même langage. Les chefs d’établissements sont perçus comme arrogants par les DP et les DP comme stupides et non sérieux par les chefs d'entreprise. Ces inégalités peuvent créer un complexe d'infériorité qui pousse les DP, protégés par leur statuts juridiques,  à l'affrontement afin de se faire respecter.  

Cette situation sociale crée d'entrée de jeu une ambiance morose et tendue entre les deux parties.

 

 

 

Une situation assez délicate.

 

Généralement, le délégué du personnel se croit doté de pouvoirs qui l’immuniseraient contre une quelconque répression. D’ailleurs on peut dire que c’est le cas au vu de sa protection juridique. De ce fait, il finit par se croire tout permis. Les revendications portées à l’endroit de la direction ne sont plus faites dans les normes. 

 

Mais en regardant de plus prêt, le problème est plus délicat que ça. Dans certaines entreprise, certains délégués m'ont avoué être eux-mêmes sous pression, car ce sont les porte-paroles des salariés qui sont généralement traité avec le minimum quand ils savent tous, que l'entreprise génère de très gros profits chaque année. Pour eux, c'est simplement inacceptable de faire des profits en délaissant autant ses employés qui manquent parfois de tout. Faire du profit en limitant au maximum les coûts, la doctrine de toutes entreprises qui souhaitent réussir certes, mais imaginez ce que ça peut donner dans un pays en voie de développement de l'Afrique Centrale avec des chefs d'entreprise parfois extrêmement puissants.

 

Sous ce rapport, les DP usent donc de leur immunité contre le licenciement pour essayer de faire bouger les choses autant qu'ils peuvent. A de très grandes reprises, ça va jusqu'à l'affrontement, le mépris et l'agressivité etc.

 

 Les chefs d'entreprise expatriés sont généralement traités de racistes. La cassure entre les deux camps sont parfois très importante et le retour à la normale impossible. 

 

 

Et si le manque de formation  était la cause maitresse ?

 

Au grand regret, nombreux sont les délégués de personnel qui exercent leur tâche sans aucune formation préalable. En effet, les chefs d’entreprises qui étaient censés fournir une formation adéquate pour l’exercice de cette tache aux personnes élues, ne le font malheureusement pas. Abandonnés à leur propre sort, ils sont obligés de s’auto former. Cet apprentissage personnel se fait au moyen de la lecture du code de travail, de textes ou d’articles présents sur la toile. Or tout ne se trouve pas dans les textes. 

Cette situation ne pourrait bien évidement conduire qu’à un échec. Comment remplir efficacement une tache si l’on ne maitrise pas sa feuille de route ? 

 

En réalité, la mission des DP  va au-dela du textes juridiques, c'est une instance clé pour la qualité de vie dans l'entreprise. Le délégué a un devoir éthique et moral, il doit privilégié le dialogue. Le respect et l'humilité sont la base de son leadership. 

 

 

Une formation adéquate, clé du succès 

 

L’entente entre le délégué du personnel et la direction est la clé de voute de la réussite de l’entreprise. En effet, le patron a des attentes envers ses employés, et réciproquement. Il serait donc crucial que la communication entre les deux parties soit fluide et dans le respect des droits de tous et de chacun.

Pour que cela soit effectif, il est judicieux que les salariés élus au poste de délégués du personnel reçoivent une formation pour savoir la tâche qui les incombe. Par la suite, ils sauront pertinemment la mission qu’ils sont appelés à mener et quels sont leurs droits. En cas de réel désaccord avec l’employeur, ils seront donc aptes à porter des revendications solides et fondées. 

 

Certes ils ont pour principales missions de présenter les réclamations et de prévenir les atteintes de l'employeur envers l'ensemble des salariés, mais dans les entreprises de moins de 50 salariés ils participent (en groupe de travail avec d’autres acteurs et l’employeur) à l’amélioration des conditions de travail des salariés et à la prévention des risques professionnels.

 

À cet effet, Beks Consulting Gabon propose une formation pour vos délégués du personnel ou votre comité de sécurité et de santé au travail. Au sortie de ce training, il sera parfaitement outillé et apte à mener convenablement la tâche qui est sienne. 

 

L'Equipe de BEKS.

Écrire commentaire

Commentaires: 0