Gabon : Comment contourner les représentants du personnel qui n’aident pas ?

 

En entreprise, les représentants du personnel sont des personnes votées par les employés, et qui joueront le rôle de porte-parole auprès de la hiérarchie. En gros, ils sont des intermédiaires entre l’employeur et les ouvriers, ceci dans l’optique de parfaire l’entente entre les deux parties. 

Il peut cependant arriver que ces derniers ne remplissent pas clairement les fonctions pour lesquelles ils ont été élus. Dans cet article, nous proposons une solution simple, autre que le licenciement contre ce problème.

 

 

Quand peut-on juger de l’inefficacité des représentants du personnel ?

 

Selon les plaintes les plus fréquentes, deux cas de figure peuvent juger de l’incompétence d’un représentant du personnel.

  • Un représentant du personnel allié à l’employeur

Cela peut paraitre incompréhensible, mais c’est pourtant très fréquent. En effet, comme nous l’avons souligné plus haut, le RP est le porte-parole des employés auprès de l’administration. Il a pour rôle de porter auprès de l’employeur les doléances d’ordres personnelles ou collectives des employés en rapport avec les lois du travail.

Par ailleurs, la situation peut être contraire dans certaines structures. On voit des RP qui, au lieu d’être proches des salariés, deviennent des alliés de l’employeur. Ainsi, sous l’influence du chef devenu son « ami », le RP cesse de faire son travail. Dans les cas les plus redoutables, il se transforme en colporteur, et porte au niveau du patron, tous les manquements et défauts de comportements de ses collègues. Les retards, téléphone aux heures de travail, absence, commérage… Bref, il se charge de tout rapporter à l’employeur, que ce soit dans l’optique de nuire aux autres ou alors par simple ignorance. 

Bien évidemment, ce type de représentant du personnel est inefficace car il ne remplit pas les fonctions qui lui sont assignées.  

 

 

  • Un représentant du personnel qui se croit tout permis

Contrairement aux autres salariés qui peuvent être renvoyés par l’employeur, les délégués du personnel eux sont dotés d’une certaine immunité. En effet, afin de pouvoir les renvoyer, l’employeur devra au préalable demander une autorisation à l’inspection du travail, suivie des motifs du licenciement. Si les accusations sont jugées pas solides, la demande sera tout simplement rejetée. 

Du fait de cet avantage, les  RP se croient des fois tout permis. Ils entretiennent avec la hiérarchie des rapports de force frôlant le mépris. Plus encore, cette immunité crée chez eux  une suffisance qui induit une paresse dans l’exercice de leurs fonctions. Ils cessent de faire ce pour quoi ils sont payés, incitant ainsi chez l’employeur l’intention de licenciement. 

Toutefois, d’aucun le font par pure ignorance. Ils pensent que le devoir de réclamation dont ils sont dotés doit être exercé avec autorité et sans aucune règle. Pour ce fait, ils acculent sans cesse l’employeur, d’où la naissance des mésententes entre les deux parties. 

 

Comment pallier donc à ce type de désagrément ? 

 

Loin de l’enseignement des textes juridiques qui sont d’ailleurs à la portée de tous, il est important de régler le problème plus en profondeur, c’est-à-dire au niveau de la déontologie. De fait, les représentants du personnel devraient suivre des formations appropriées qui les éclaireront sur  l’enjeu de la tâche qui est la leur. 

 

C’est d’ailleurs ce que propose BEKS CONSULTING GABON, une formation pour les représentants du personnel. Notre formation est axée autour du coaching d’entreprise, de leadership, afin d’améliorer la connaissance de leur statut et rôles au sein de l’entreprise. En optimisant la maitrise de ses droits et devoirs, le représentant du personnel sera parfaitement outillé pour comprendre que la réussite de son travail ne peut se faire autrement que par une collaboration fiable entre les employés, l’employeur et lui. 

 

L'Equipe de BEKS.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0